Back to top

Hausse des salaires pour les paramédicaux

Postée le 25/06/2021

Suite aux négociations du Ségur de la santé, un accord a été signé avec les organisations syndicales représentatives de la Fonction publique hospitalière en vue d’une nouvelle grille salariale, qui sera effective au 1er octobre prochain. 27 professions du paramédical et du médico-social de la fonction publique hospitalière sont concernées par cette revalorisation.

Les professions concernées

Selon le gouvernement, la mise en œuvre de ces revalorisations de grille représente un investissement de 740 millions d’€, dont plus de “200 millions d'€ sur la seule année 2021” selon le cabinet d'Olivier Véran.

La revalorisation du 1er octobre 2021 concerne la Fonction publique hospitalière. Ensuite en début d’année 2022, c’est la Fonction publique territoriale, Fonction publique d’État et le secteur privé (lucratif et non-lucratif) qui seront concernés après négociation pour les modalités de transpositions. Au total, ce sont plus de 500 000 professionnels qui interviennent tous les jours dans les établissements sanitaires, médico-sociaux ou encore dans les services sociaux de la fonction publique hospitalière qui sont concernés.

Au 1er octobre, voici les professions qui verront leurs salaires augmenter :  

  • Aides-soignants, 
  • Auxiliaires de puériculture, 
  • Infirmiers en soins généraux, 
  • Manipulateurs radio, 
  • Ergothérapeutes, 
  • Orthoptistes, 
  • Psychomotriciens, 
  • Pédicures-podologues, 
  • IADE, 
  • IBODE, 
  • Puéricultrices, 
  • Infirmiers en pratique avancée, 
  • Masseurs-kinésithérapeutes, 
  • Orthophonistes, 
  • Cadres de santé et cadres supérieurs de santé, 
  • L’ensemble des corps soignants, médico-techniques et de rééducation “en voie d’extinction”

 

Des exemples concrets de montants

Le gouvernement propose des exemples concrets : par exemple, les 153 000 infirmiers en soins généraux de la fonction publique hospitalière pourront toucher après un an de carrière 290 € supplémentaires net par mois après le Ségur, soit 2 026 € en moyenne au lieu de 1 736 €. Leur salaire après cinq ans de carrière atteindra ensuite 2 207 € (+335 € net) et 2 924 € (+461 €) après vingt ans. À la fin de leur carrière, leur salaire atteindra la somme de 3 398 € net (+ 536 €). Attention cependant, à chaque fois une part de cette augmentation est dûe aux revalorisations des grilles de catégorie A : sur les 536 €, 183 € viennent de la revalorisation salariale du Ségur de la santé et 353 € net de la revalorisation des grilles de catégorie A.

Les 16 700 infirmiers spécialisés de la fonction publique hospitalière seront également concernés : 5 900 infirmiers anesthésiste diplômés d’État (IADE), 3800 infirmiers de bloc opératoire diplômés d’État (IBODE) et 7 000 puériculteurs. Leur salaire passera à 2 039 € net en moyenne (+ 199 € net) après un an de carrière. Ceux ayant cinq ans de carrière et plus auront un gain de 267 € net, de 578 € après vingt ans et de 551 € net en fin de carrière (soit 3 583 € net).

Plus important en nombre, les 200 000 aides-soignants de la fonction publique hospitalière pourront après un an de carrière toucher 228 € net de plus par mois, soit 1 760 € en moyenne. Leur salaire devrait augmenter de 651 € net, pour un total de 2 954 € en fin de carrière.

Pour les cadres de santé, au nombre de 14 700 la revalorisation est plus basse : elle est de 183 € après un an de carrière (2 256 €). Après cinq ans de carrière, ils percevront un supplément au titre de la revalorisation des grilles de la catégorie A de 78 € net, soit un gain de 261 € net. Cette revalorisation monte jusque 394 € en fin de carrière, soit 3 941 € net.

 

Quelques regrets du côté des syndicats

Pour Didier Birig, secrétaire général de la branche santé de Force ouvrière, ces annonces sont une “bonne avancée” mais se désole de ne pas voir “une reconnaissance salariale de niveau bac + 5 comme pour les cadres” pour les métiers à bac + 5, dont les spécialités infirmières. Il prévient également : “Nous allons être observants sur la façon dont le ministère entend intégrer, par le biais du reclassement, le “stock” d’agents dans les nouvelles grilles salariales.” Pour lui, le déroulé de carrière présenté concerne un agent qui intègre la FPH aujourd’hui. “Mais qu’en est-il pour les autres, notamment ceux déjà en fin de carrière ?”

Reste également à diminuer, selon le syndicat CFDT Santé-Sociaux, la durée de carrière s’élevant à quarante ans, ce qui pénalise plus fortement les femmes, qui représentent 80 % de ce corps de métier.

 

Claire Bléhaut

--------------

Sources 

https://www.espaceinfirmier.fr/actualites/salaire-en-hausse-pour-les-par...

https://www.lemediasocial.fr/revalorisation-salariale-dans-l-hospitalier...

https://www.egora.fr/actus-pro/remuneration/66959-infirmieres-kines-orth...

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/dossiers-de-presse/a...

https://www.macsf.fr/hospitaliers-qu-est-ce-qui-change-avec-la-loi-segur