Back to top

Développement de la chirurgie ambulatoire en France

Postée le 20/04/2020

Encouragée par les pouvoirs publics depuis dix ans et facilitée par les avancées technologiques, la pratique de la chirurgie ambulatoire progresse en France : son taux est ainsi passé de 38 % en 2008 à 54 % en 2016, soit 6,3 millions de séjours selon les dernières données publiées par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) [1].

Tous les départements ont vu leur taux de chirurgie ambulatoire augmenter sur cette période. Les disparités départementales se sont, dans le même temps, réduites : les écarts observés par rapport à la moyenne nationale ont diminué de 40 %. Toutefois, des différences subsistent selon le type d’intervention chirurgicale.

Le potentiel de développement de la chirurgie ambulatoire paraît faible pour deux catégories d’interventions : celles dont le taux d’ambulatoire est déjà très élevé (cataracte, chirurgies de la main ou du poignet) et celles pour lesquelles cette pratique est peu adaptée du fait de la complexité des cas et du petit nombre de séjours concernés (chirurgies du rachis ou de la thyroïde).

Pour les autres groupements de pathologies dont les taux sont très inégaux selon les départements, il existe un potentiel d’ambulatoire, comme pour les chirurgies trans-urétrales ou de la cheville et du pied. Plusieurs déterminants influencent le recours à une chirurgie ambulatoire plutôt qu’à une hospitalisation complète. La pratique est moins fréquente pour les patients plus âgés ou polypathologiques. Le degré de complexité des interventions influence aussi ce mode de prise en charge. La proximité du lieu d’hospitalisation est un facteur en faveur de l’ambulatoire. Des caractéristiques liées directement aux établissements, comme leur taille, jouent aussi un rôle : les petites structures prennent davantage en charge en ambulatoire.

En revanche, l’offre de médecine de ville ne semble pas avoir d’impact sur la pratique. Pour la Drees, le développement de la chirurgie ambulatoire passerait donc aussi par une meilleure articulation entre la médecine de ville et l’hôpital. En 2017, un peu moins des deux tiers des séjours de chirurgie ambulatoire ont été réalisés dans les cliniques privées.

 

Catherine BOISAUBERT

-------------

[1] Lefebvre-Hoang I, Yilmaz E, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). État des lieux des pratiques de chirurgie ambulatoire en 2016. Les Dossiers de la DREES.2019;41:1-30.https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dd41.pdf